Catégories
SANTE

Stop la pandémie de Covid 19 en Guinée en 60 jours

Entre Utopie et Réalité »
Le 15 juin 2020
Auteur : Dr Gouly CISSE
Médecin de Santé Publique – Epidémiologiste. Fondateur de la Plateforme ‘’UNIS 2020’’
Contexte
La distribution spatiale du Coronavirus publiée par le Ministère de la Santé Guinéen et l’ANSS risque de nous faire douter de l’objectif qui vise à débarrasser la Guinée de la Corvid 19 en 60 jours. Comme signalé dans un de mes précédents articles, la Guinée risque de fêter la fin d’année 2020 avec les cas sporadiques des ‘Corvidés 19’. Nous devons éviter à tout prix la propagation de la pandémie à l’intérieur du pays. Ce risque est lié tout simplement au manque de rigueur dans la mise en œuvre des mesures de ripostes. Aucun effort n’est suffisant à tous les niveaux avant que la Guinée ne soit débarrassée de cette pandémie.
Analyse spatiale de la pandémie à Coronavirus en Guinée
L’analyse de la distribution spatiale montre que 55% des cas de Covid 19 sont concentrés entre Ratoma (34%) et Matoto (21%). Les 29% d’autres de Conakry sont repartis entre Dixinn (13%), Matam (8.88%) et Kaloum (8.36%). (Voir ci-dessous la cartographie de la pandémie en guinée).
Les 90% de cas de Covid 19 à Conakry sont sans surprise pour les épidémiologistes, les 11% de foyers actifs de la région côtière hors Conakry doivent désormais focaliser toutes les attentions et les stratégies de lutte en Guinée. Nous sommes face à un indicateur de gravité de la pandémie : la diffusion de l’épidémie hors du périmètre de la surveillance nationale malgré les interventions en cours. C’est une forme d’échec de notre stratégie.
Par ailleurs, il faut signaler que les localités affectées sont des carrefours pour tout passager en destination de l’intérieur du pays, notamment : Coyah (4.3%), Dubréka (1.97%), la ville de Kindia (2.72%).
Le défi à relever
Il faudra éviter de banaliser la situation desdits foyers actifs de l’intérieur comme ce fut le cas au début de la pandémie à Conakry. D’où la situation que nous vivons actuellement. (Graphique 1)
Pour rappel, la Guinée a été un des derniers pays en Afrique subsaharienne à enregistrer un cas positif de Covid 19, le 12 mars 2020. Aujourd’hui, elle est devenue un des épicentres de la pandémie dans cette partie de l’Afrique après le Sénégal qui est confrontée à une nouvelle flambée.
Nous devons tout faire en Guinée pour stopper la progression du Coronavirus à l’intérieur du pays. En matière d’épidémiologie, l’incidence à 10% d’un problème de santé transforme automatiquement celui-ci en une priorité nationale de santé publique.
A plus de 11%, les infections à Coronavirus en zone rurale de la Guinée deviennent très préoccupantes et irritantes. La présente situation nous amène à douter de l’objectif de stopper la Covid 19 en Guinée en 60 jours. Malheureusement, lorsqu’on réussit à faire un pas-en avant vers le progrès et le succès, nous remettons les acquis à l’eau en faisant deux pas en arrière.
Pourtant la Guinée a déjà traversé le PIC de cette pandémie entre le 26 et le 30 avril 2020. Cela se confirme la courbe à partir du 31 mai 2020. Désormais, la progression des cas positifs est entretenue par la mauvaise gestion de la situation qui se matérialise par des relâchements et la fuite que nous constatons. Il faudra faire le point pour identifier les maillons faibles de notre plan de riposte que de continuer la tête dans le guidon à poser des actions inefficaces.
Mobilisation nationale contre la Covid 19
La lutte contre la pandémie ne doit plus être un instrument politique, ni l’affaire d’une partie de la Guinée. Le Chef de l’Etat dans son discours du 15 juin 2020 au JT de 20H a fini par lancer un appel à tous les fils et toutes les filles du pays, de tout bord, et de toutes les sensibilités qu’ils ou elles se réclament pour rejoindre le combat.
Il faudra un élan national et une fibre patriotique pour vaincre cette pandémie. Les acteurs de la société civile, les partis politiques, les associations de femmes, les groupes d’amies (serrés), la jeunesse guinéenne, levons-nous avant que la Covid 19 ne prenne le dessus sur notre souveraineté nationale. A cette allure, le pays tout entier est menacé. Encore faut-il sortir les grands moyens…
Pour éviter d’entretenir de nouveaux foyers communautaires actifs qui sont en train de devenir des « Clusters » (de nouveaux foyers actifs, autonomes et résistants) à l’intérieur du pays, le Directeur régional de la santé, les DPS et le Gouverneur de la Région de Kindia, appuyé par l’ANSS, doivent prendre le taureau par les cornes pour briser la progression de la Covid 19 dans cette région de la Guinée.
Il faudra réagir rapidement en se servant du Quitus donné par le Président de République pour intensifier les actions permettant de briser la chaîne épidémique dans les secteurs qui abritent ces foyers actifs de Coronavirus à l’intérieur. Il ne s’agit pas de violenter la population. Mais d’être efficace dans la démarche en impliquant surtout la population autochtone.
Attention, la lutte devient de plus en plus complexe et les moyens nécessaires méritent d’être mobilisés et déployés urgemment dans ces zones. Lésiner sur les moyens équivaut à un autre échec programmé.
Le défi en vaut la peine. Il faudra tenailler et traquer le virus dans les foyers actifs à l’intérieur du pays dans les 15 prochains jours en continuant de déployer les moyens nécessaires sur la zone spéciale de Conakry, plus particulièrement dans les communes de Ratoma et Matoto de façon prioritaire.
La responsabilité nous incombe à tous(tes) les guinéens-nes maintenant de mettre tout en œuvre pour stopper rapidement l’évolution de la Covid 19 entre la zone de Coyah et la région de Kindia.
Recommandations importantes à mettre urgemment en œuvre à Conakry et à l’intérieur du pays
* Accorder la priorité au blocage de la propagation des foyers actifs de l’intérieur en profondeur du pays ;
* Informer régulièrement la population de la réalité de la pandémie à l’intérieur et continuer à l’éduquer pour observer les mesures de prévention dans ces villes affectées. Une population informée constitue l’arme fatale et le maillon fort contre le mal dont elle souffre.
* Mobiliser les radios rurales de ces localités pour animer des émissions en langue locale ; * Identifier toutes les individus ‘Corvidés’ et leurs familles respectives en procédant surtout au confinement de ces cas malades ;
* Procéder à un dépistage systématique de tous les contacts et les membres des familles des Corvidés pour maintenir les cas positifs en auto-confinement surveillé ;
* Apporter les moyens de subsistance (denrées alimentaires aux familles maintenues dans le confinement ;
* Intensifier les informations en direction de la population afin d’appliquer les mesures barrières dans les villes affectées de l’intérieur dans la zone de Coyah, Boké, Dubréka et de Kindia ;
* Réaménager les places (des étalagistes, les vendeurs et vendeuses) dans les marchés publics de manière à respecter la distanciation sociale obligatoire ;
* Exiger et rendre obligatoire le port des masques dans tous les lieux publics en commençant dans les marchés publics ; mettre les points d’eau et du savon pour se laver régulièrement les mains ;
*L’Etat doit distribuer gratuitement les masques et approvisionner les personnes en masque artisanal fait de tissu local, lavable et réutilisable ;
* Filtrer les passagers en direction de l’intérieur du pays comme cela se déroulent actuellement. Renforcer le dépistage systématique des voyageurs en destination de l’intérieur du pays ;
* Déployer les étudiantes, les jeunes médecins, les infirmières stagiaires et élèves aides-soignants(e)s pour renforcer les agents communautaires dans la région de Kindia et de Boké.
* Anticipation de mesures de protection en définissant un rayon de 200 m2 autour du lieu de vie d’un contact positif pour dépister systématiquement les familles qui y gravitent (la vie communautaire évolue en symbiose) ;
* Appuyer les activités de santé à base communautaire en utilisant tous les agents volontaires, les responsables religieux et les leaders d’opinion pour sensibiliser la population. Il faut surtout utiliser les leviers de proximité.
Conclusion : La lutte contre la Covid 19 est un combat qui se gagnera à travers des actions coordonnées, pérennes et d’envergure nationale. L’histoire montre que tous les pays qui ont relâché de RIGUEUR se sont retrouvés avec une résurgence et l’exacerbation des nouveaux cas et la démultiplication des foyers actifs à travers le pays sans négliger les conséquences sociales, économiques et les nombreux cas de décès. C’est le cas des USA, du Royaume uni, du Brésil, et de nos voisins du Sénégal et de la Côte d’Ivoire. La Guinée doit pouvoir échapper à ces cas de figure.
Mes remerciements :
A toutes les personnes physiques et morales qui agissent sur le terrain. Félicitations à toutes les bonnes volontés qui travaillent d’arrache-pied et bénévolement pour briser la chaine épidémique de cette pandémie en Guinée.
Félicitations aux autorités pour l’initiative ayant permis la venue des médecins cubains. Il est toujours bien de demander de l’aide, à condition que cela aide à se passer de l’aide. Donc, j’invite mes confrères guinéens de capitaliser sur les expériences de ces praticiens Cubains.
Pour ma part, mon engagement ne fait que se renforcer face à la lutte contre la Covid 19 en Guinée.
Tableau I : Panoramas des pays ayant le plus de décès liés à la pandémie de Covid 19
Pays
Confirmés
Rétablis
Décès
Mortalité
Belize
21
16
2
9.52%
Suède
52 383
16
4 891
9.34%
Spain
291 189
7 015
27 136
9.32%
Montserrat
11
10
1
9.09%
Chad
850
720
73
8.59%
Channel Island
568
512
48
8.45%
Equateur
46 751
23 064
3 896
8.33%
Turks and Caicos
12
11
1
8.33%
Canada
99 073
60 999
8 174
8.25%
Guadeloupe
171
157
14
8.19%
Guyana
159
99
12
7.55%
Slovénie
1 496
1 359
109
7.29%
Barba dos
97
83
7
7.22%
Isle of Man
336
312
24
7.14%
Saint Martin
42
36
3
7.14%
Algérie
11 031
7 735
777
7.04%
Martinique
202
98
14
6.93%
Ireland
25 321
22 698
1 706
6.74%
Niger
980
885
66
6.73%
Liberia
498
221
33
6.63%
Trinidad and Tobago
123
109
8
6.50%
Romania
22 165
15 817
1 427
6.44%
Soudan
7 220
2 610
459
6.36%
Bermuda
144
127
9
6.25%
Suisse
31 131
28 900
1 939
6.23%
San Marino
694
575
42
6.05%
Andorre
853
789
51
5.98%
Burkina Faso
894
804
53
5.93%
Grèce
3 134
1 374
184
5.87%
Indonésie
39 294
15 123
2 198
5.59%
Mali
1 860
1 125
104
5.59%
China
83 181
78 370
4 634
5.57%
Bosnie – Herzégovine
3 040
2 162
165
5.43%
USA
2 181,50
879 278
118 260
5.42%
Japon
17 429
15 643
925
5.31%
Bulgarie
3 341
1 784
176
5.27%
Porto Rico
39
1
2
5.13%
Brésil
888 271
453 568
43 959
4.95%
Danemark
12 217
11 090
598
4.89%
Mauritanie
1 887
360
91
4.82%
Croatie
2 254
2 140
107
4.75%
Germany
188 044
172 600
8 885
4.73%
Iran
189 876
150 590
8 950
4.71%
North Macédoine
4 157
1 723
193
4.64%
Finlande
7 108
6 200
326
4.59%
Curaçao
22
16
1
4.55%
Tunisie
1 110
999
49
4.41%
Sierra Leone
1 176
683
51
4.34%
Lituanie
1 773
1 429
76
4.29%
Angola
142
64
6
4.23%
Pologne
29 788
14 383
1 256
4.22%
Philippines
26 420
6 252
1 098
4.16%
Tanzanie
509
183
21
4.13%
Portugal
37 036
22 852
1 520
4.10%
Monaco
99
93
4
4.04%
Australie
17 135
16 066
678
3.96%
Guatemala
9 845
1 886
384
3.90%
Nicaragua
1 464
953
55
3.76%
Cuba
2 262
1 965
84
3.71%
Egypte
46 289
12 329
1 672
3.61%
Honduras
8 858
967
312
3.52%
Estonie
1 974
1 717
69
3.50%
Moldova
11 879
6 794
411
3.46%
Syrie
177
78
6
3.39%
Somalie
2 642
622
88
3.33%
Gambie
30
24
1
3.33%
Bolivia
18 459
3 113
611
3.31%
Chéchia
10 044
7 295
330
3.29%
Colombie
53 063
19 952
1 726
3.25%
Guam
32
1
3.13%
Irak
21 315
9 271
652
3.06%
NB : Source – Site Ministère de Santé et l’ANSS : cette liste n’est pas exhaustive.